• Santé - Cellules, Organisme, Organe

[Biologie Cellulaire] mutation sur une ou plusieurs cellules?

Mais par exemple est-ce que si le gène codant pour une protéine membrannaire est muté dans un organe (et ainsi la traduction de la protéine ne pourrait se faire dans cet organe), cela impliquerait seulement une absence de cette protéine au niveau de l'organe ou bien au niveau de toutes les cellules de l'organisme (qui ont le meme genome).  [...] Donc une mutation qui est apparue dans un tissu a peu de chance d'atteindre l'organisme (excepté les cancers), en général elle n'est présente que dans quelques cellules voisines sans grande conséquence pour l'organisme (ni même pour l'organe en question).  [...]

[Immunologie] Le mécanisme de rejet d'un corps non organique

Le rejet arrive lorsque l'organe est reconnu comme étant du non - soi. Il y a réaction inflammatoire. les cellules tueuses de l'organisme attaquent l'organe.  [...] Une dernière question. une fois le corps reconnu comme étranger à l'organisme, la réponse immunitaire est-elle bien la même qu'en d'attaque virale, bactérienne ou qu'en cas de greffe (d'un corps organique).  [...]

Différence entre chimérisme et mosaïcisme

Le chimérisme. des populations de cellules présentant un génotype différent qui sont mixées ensembles au sein d'un même tissu/organe/organisme.  [...] Le mosaïsme. une même population de cellules présentant un génotype identique, mais des phénotypes alléliques opposés. C'est le cas pour beaucoup de maladies féminines liées au chromosome X, et de manière générale dès qu'il y a extinction aléatoire d'un des deux allèles.  [...]

Question sur les phospholipides et la membrane cellulaire

La question qui se pose est alors un peu différente. si on considère que les cellules sont des micelles, alors pourquoi dans l'eau un organe ou un organisme ne se dissout pas au sens où les cellules se sépareraient.  [...] Une autre question, est c que la membrane apicale et latero-basale sont juste specifique à l'enterocyte Ou bien c est generalement les partie des membranes plasmiques de toutes les cellules Mercii.  [...]

De la cellule rectale au neurone : les clés de la transdifférenciation

Notre organisme est constitué de cellules ayant acquis des caractéristiques au cours du développement et remplissant une fonction précise au sein de chaque organe. on parle de cellules différenciées. En règle générale, les cellules maintiennent leur spécificité jusqu'à leur mort, mais il a été prouvé que certaines peuvent changer d'état et acquérir de nouvelles fonctions.  [...] La transdifférenciation est un phénomène encore mal connu. Il pourrait être impliqué dans la régénération d'organes observée chez certains organismes, comme le triton capable de reconstruire le cristallin de son oeil après une blessure. Ces résultats apportent de nouvelles clés pour comprendre comment contrôler ce processus et pourraient déboucher sur des thérapies prometteuses, notamment dans le domaine de la médecine régénérative.  [...]

Questions Biologie !

6-Tu as rejet d'un organe greffé à cause du système immunitaire et du CMH (complexe majeur d'histocompatibilité) et du système HLA.  [...] Les marqueurs HLA des cellules de ton organe gréffé ne sont pas les mêmes que ceux de toutes tes autres cellules, car ce n'est pas ton organe. Donc ton système immunitaire va reconnaître des cellules du non soi, dans ton organisme et va engager un processus de rejet de ces cellules. donc de cet organe greffé.  [...]

électricité

on sais bien que l'influx electrique dans l'organisme d'un etre humain passe d'un neurone vers un autre neurone (donc neuro-neuronal), comment vous pouvez m'expliquer le fait quand on met le doit sur une prise cassé l'electricité se transmette vers notre organe esque les cellules du pacini sont des cellules nerveuses.  [...] ..). Normalement la peau est plutôt un matériau isolant, c'est pourquoi le corps humain n'est pas un très bon conducteur d'électricité. En revanche, si la peau est mouillée, sa résistance électrique diminue, et avec les ions dissous dans l'eau à la surface de la peau (qui vont pouvoir se déplacer, et donc transmettre le courant), va devenir plus conductrice, et le courant va se propager dans le corps plus facilement, générant alors beaucoup de dégâts.   [...]

[Biologie Cellulaire] L'apoptose... Sûrement pas un suicide ?

En fait, je suis de l'avis que nos cellules ne vivent que pour elles-mêmes, et que c'est un hasard si elle participent au bon fonctionnement de notre organisme (sans lequel elles ne pourraient exister, je vous l'accorde.).  [...] Ptit édit. En résumé, j'aimerais montrer que les cellules sont modifées par leur environnement, et que ce ne sont pas elle qui tout d'un coup décident de mourir, tout comme lors de la diférenciation des cellules lors de la création d'un être humain. les cellules se développeraient selon l'endroit où elles se trouvent et non selon que l'organisme a besoin de tel ou tel organe.  [...]

La bactérie de la lèpre, productrice de cellules souches

C'est du jamais vu dans la nature. alors qu'ils cherchaient à comprendre comment la bactérie Mycobacterium leprae, responsable de la lèpre, se répandait dans l'organisme, des scientifiques écossais ont compris qu'elle reprogrammait des cellules nerveuses en cellules souches afin d'intégrer ensuite n'importe quel tissu adulte.  [...] Grâce à cela, elle peut être véhiculée dans tout l'organisme, pouvant affecter n'importe quel organe. Les chercheurs ont remarqué que durant le transit, la cellule souche infectée sécrète des chimiokines, des protéines attirant vers elles des cellules immunitaires qu'elle peut aussi intégrer pour disposer de nouveaux moyens de diffusion.  [...]

[Evolution] en évolution a t on déjà fait ça? - Page 2

Les cellules de l'organisme, juste après la mort, seraient donc dans une situation proche de celles d'un embryon qui se développe rapidement. Ces tentatives désespérées pour réanimer un corps mort se rapprochent donc de la construction d'un nouvel organisme, même si le travail effectué par ces gènes ne pouvait pas ramener l'organisme à la vie.  [...] il se peut aussi que le stimulus soit represseur, et que le simple fait d'être vivant suffise, mais que l'embryon ne possède pas encore l'organe induisant ce stimulus, (ou pas assez mature pour le fabriquer) et qu'une fois l'organisme mort, ce stimulus décroit aussi, permettant l'expression de ces fameux gènes de l'embryogenèse dans les cellules (toujours vivantes) de l'organisme (mort).  [...]