• Actualités - Production, Hormones, Satiété

Bypass gastrique : la flore intestinale fait perdre 20 % du poids

L'opération de bypass gastrique, pratiquée sur les personnes souffrant d'obésité sévère, fait effectivement mincir. Mais cela ne s'expliquerait pas uniquement par la réduction du volume de l'estomac. Les modifications de la flore intestinale induite par l'acte chirurgical interviendraient à hauteur de 20 % de la perte de poids totale.   [...] Ainsi, l'acte chirurgical chez l'Homme transformerait la flore intestinale des patients, ce qui contribuerait selon les estimations des auteurs à 20 % de la perte de poids totale. Lorsqu'on sait que ces bactéries sont en étroite interaction avec le cerveau, au sein duquel on trouve le centre de la satiété, on peut supposer par exemple que ces microbes altèrent la production de certaines hormones. Mais cela reste encore à déterminer.  [...]

Cannabis: regain d'intérêt scientifique pour ses effets

Ces substances peuvent également freiner l'action des neurotransmetteurs, déclencher un sentiment de satiété grâce à leur interaction avec l' hormone leptine, ou stimuler la production de la dopamine, responsable d'un sentiment de bien-être. Aux Etats-Unis, il semble qu'environ 10 à 14% des personnes encourent le risque d'une toxicomanie durable et dommageable.  [...] En outre, des études récentes menées sur des singes de laboratoires ont permis d'observer que ces animaux présentent également des comportements de dépendance auto-induite.   [...]

Les résultats des tests génétiques modifient notre physiologie

Donnez à un groupe de personnes un repas. Une semaine plus tard, annoncez - faussement - à ces personnes qu'elles portent un gène qui les aide à les protéger de l' obésité. Et servez-leur le même repas que quelques jours plus tôt. Elles produiront deux fois et demie plus d' hormones de la satiété et atteindront ainsi la satiété physiologique plus tôt.  [...] &thinsp.Recevoir des informations génétiques ne vous rend pas seulement plus informé. Cela peut également avoir un impact physiologique qui modifie votre profil de risque global. Nous devons maintenant nous poser la question suivante. comment peut-on fournir ce type d'informations de manière à encourager des changements de comportement qui n'aient pas d'effet négatif sur la physiologie, les émotions et la motivation de ceux qui les reçoivent&thinsp.   [...]

Obésité : l'hypothèse du second cerveau trop efficace

D'un point de vue fonctionnel, cette neuroprotection induite par le régime hypercalorique conduit à une modification des fonctions gastriques. Ainsi, chez les animaux recevant le régime riche en graisse et sucre, la vidange gastrique est trop rapide par rapport aux animaux contrôle et pourrait directement contribuer au développement de l' obésité en diminuant les signaux de satiété et en augmentant ainsi la prise alimentaire.  [...] D'un point de vue physiologique, cet effet neuroprotecteur du régime hypercalorique est associé à une augmentation de la production gastrique d'un facteur appelé GDNF, lui-même induit par la leptine, une hormone désormais bien connue pour réguler la satiété chez l'Homme.  [...]

Manquer de sommeil prédisposerait à trop manger

Un sommeil perturbé conduit par ailleurs à un état hormonal qui prédispose à la surconsommation de nourriture. Les hormones intervenant dans la faim et la sensation de satiété sont la leptine et la ghréline. la leptine envoie un signal de satiété aux centres de contrôle de l'appétit dans la région hypothalamique du cerveau, tandis que la ghréline envoie des signaux en provenance de l' estomac qui favorisent une augmentation de l'appétit.  [...] En définitive, après une mauvaise nuit de sommeil, le système hormonal qui contrôle l' appétit est affecté, le stress émotionnel est plus important, l'individu a envie de plus de nourriture calorique et son impulsivité augmente. Pour toutes ces raisons, l'individu qui dort mal aurait tendance à manger plus.  [...]

La stimulation cérébrale profonde, futur traitement de l'obésité ?

Parfois, le besoin de nourriture altère le comportement. L' hypothalamus, une glande située au milieu du cerveau, contrôle l'appétit et la satiété par l'intermédiaire d' hormones comme la leptine ou l' insuline. Des médicaments antiobésité tentent d'agir directement sur ce système, mais ils se révèlent inefficaces, ou s'accompagnent d'effets secondaires lourds et dangereux.  [...] Jusqu'à présent, la technique n'a pas été utilisée sur des personnes obèses. Mais la stimulation cérébrale profonde a déjà fait ses preuves dans les soins contre certains troubles obsessionnels compulsifs (Toc) ou des addictions, comme le tabagisme. Ils envisagent également de l'associer à d'autres traitements ciblant l'hypothalamus.   [...]

Obésité : des anticorps qui donnent trop d'appétit

Cette observation est d'autant plus surprenante que l' hormone de la faim, appelée ghréline (produite par l' estomac et agissant sur l'hypothalamus) est retrouvée le plus souvent à un taux normal, voire bas, chez les patients obèses.  [...] Cette étude prolonge d'autres travaux de l'équipe de recherche, publiés en 2011, sur le rôle des immunoglobulines interférant avec différentes hormones agissant sur l'appétit, la satiété ou l'anxiété dans des situations d' anorexie, de boulimie ou de dépression, et sur l'implication probable de la flore intestinale dans ces interactions.  [...]

Diabète : les cellules de la graisse ont besoin de sommeil

Que se passe-t-il au niveau cellulaire Les chercheurs disposent de peu d'informations, n'ayant pu remarquer seulement le fait qu'une nuit trop courte entraîne une augmentation de la glycémie (taux de sucres dans le sang) ou des concentrations en hormones de la satiété ( leptine ), ou bien encore une altération de la perception des entrées caloriques dont certaines régions du cerveau se chargent.  [...] la privation de sommeil engendrerait un stress pour l'organisme, qui sécrèterait alors dans la circulation des hormones, notamment l' adrénaline et le cortisol, toutes deux associées à la résistance à l'insuline du fait de leur effet antagoniste.  [...]

Obésité : peut-on la contrecarrer en ciblant le cerveau ?

L'obésité est multifactorielle, mais dans certains cas, elle est causée par des troubles du comportement alimentaire, dont l'origine est située dans le cerveau. L'hypothalamus, une petite glande impliquée dans diverses fonctions de l'organisme, notamment dans la sécrétion de certaines hormones, fait aussi office de centre de la satiété. WriterHound, cc.  [...] Depuis 2009, notre vision de l'obésité a encore un peu évolué. En effet, une nouvelle hypothèse émerge depuis ces dernières années, impliquant non seulement une inflammation périphérique liée à l'obésité mais aussi une inflammation centrale, entraînant une inflammation locale au niveau du cerveau, avec une production des mêmes médiateurs pro-inflammatoires que ceux produits lors de l'inflammation périphérique.  [...]

Obésité : la salive sur le banc des accusés

Sécrétée par les glandes salivaires, la salive joue un double rôle d'humidification des muqueuses et de préparation des aliments pour leur digestion. Des chercheurs viennent de montrer que l'amylase salivaire, une enzyme impliquée dans l'utilisation des sucres complexes, jouait un rôle primordial dans le développement de l'obésité. Silvia Viñuales, Flickr, cc by nd 2.0.   [...] Comment l'amylase salivaire influence-t-elle l'obésité De nombreuses recherches sont nécessaires pour répondre à cette question, mais deux hypothèses principales sont envisagées par les chercheurs. D'une part, il est possible que la mastication des aliments et leur digestion partielle dans la bouche aient un effet hormonal entraînant la satiété.  [...]